Les collections numérisées
inscription    connexion
Erreur! Utilisateur : Mot de passe :
Éditeur
Année
1886
Langue
Français
Résumé

Jules François Félix Husson, dit Fleury, dit Champfleury, est un écrivain français né à Laon le 10 septembre 1821 et mort à Sèvres le 6 décembre 1889. Issu d'un milieu modeste, Champfleury doit interrompre ses études très jeune, il gagne sa vie comme employé chez un libraire à Paris et se lance dès 1844 dans la vie littéraire. Journaliste, critique d'art, dramaturge, nouvelliste et romancier, il se lie d'amitié avec Victor Hugo et Gustave Flaubert.

Les romans et nouvelles de Champfleury s'attachent à la description réaliste de la petite bourgeoisie et de la bohème.

Cofondateur de la revue Le Réalisme, il publie un manifeste en faveur de l'art vrai dans les domaines aussi bien littéraire qu'artistique. Admirateur des frères Le Nain, ancêtres du Réalisme, ainsi que de Gustave Courbet, il consacre de nombreuses études à ces peintres.

Tout en poursuivant sa carrière d'homme de lettres, Champfleury se spécialise dans l'art de la faïence et apparaît bientôt comme une autorité en la matière. En 1872, il est nommé « chef des collections de la manufacture de Sèvres » puis, en 1876 « conservateur du musée et des collections à la Manufacture » et, enfin, sous-administrateur en 1887, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort.

Toutefois, son plus grand succès littéraire reste Les Chats : histoire, mœurs, anecdotes2, publié par l'éditeur Jules Rothschild en 1869 et illustré entre autres par des dessins gravés de Delacroix, Viollet-le-Duc, Mérimée , Prisse d'Avesnes, Manet, Gottfried Mind, Edmond Morin, Kreutzberger, Ribot et Hokusai.

Léonce Justin Alexandre Petit (1839-1884) est un artiste peintre, illustrateur, caricaturiste, graveur sur bois et lithographe français.

Il collabore au Journal amusant à partir de 1863, puis, à compter de 1867, au Hanneton, à L'Éclipse, au Bouffon, dont il fait les unes en forme de portrait-charge.En 1869, il produit une remarquable suite de planches lithographiées pour un album, Les Mésaventures de M. Bêton.

A partir de 1873, après la chute du Second Empire, il reprend son travail pour la presse, livrant des compositions au Grelot, puis, à partir de 1882, à l'Almanach du Père Gérard à Quimperlé, à l'hebdomadaire pour enfants Saint-Nicolas, au Petit Journal pour rire et au Monde illustré, dans lequel, chaque semaine, il propose une scène de la vie de province ou de la paysannerie. Léonce Petit a illustré de nombreux ouvrages, des albums qu'il a composé lui-même, notamment pour les éditions Delagrave et Flammarion.

Dans L’Événement du 4 juillet 1866, Emile Zola disait du livre de M. Champfleury, illustré par Léonce Petit : Mr Tringle, dont un exemplaire publié par Hachette en 1886 est ici reproduit : « Il y a, au fond de M. Champfleury, un rieur incorrigible, qui perce de temps à autre sous l’écrivain sérieux. Parfois l’auteur laisse là la nature qu’il étudie patiemment, d’une façon un peu étroite peut-être, et il éclate de rire ; il entre dans la fantaisie grotesque.

Monsieur Tringle, en vente chez Dentu[1] , est un de ces éclats de rire.

Ce petit livre est l’odyssée d’un pauvre homme qui a conçu le projet innocent d’aller en costume de diable, au bal travesti donné par la famille Brou. Le malheureux se trompe de jour, et il tombe tout costumé dans un salon désert, le 8 au lieu du 18 février.

Il y a là-dedans une queue qui joue un grand rôle. Cette queue, qu’un ressort fait frétiller, gêne considérablement M. Tringle, qui sent tout le ridicule de sa position. Puis, quand il se retire, la maudite queue est prise dans la porte ; le pauvre diable, après de longues angoisses, se décide à l’abandonner.

Alors, commence une course folle dans les champs. La servante ne veut pas reconnaître son maître, et le malheureux Tringle, exorcisé par le curé, presque éventré par les bœufs, poursuivi par tous les gamins du pays, apprend ce qu’il en coûte de se déguiser en diable. Au dénouement, il n’épouse pas Mlle Brou ; ce qui est la moralité du livre.

J’ai ri :c’est tout ce que M. Champfleury demandait, je crois, au lecteur. J’attendrai une autre œuvre pour juger le talent de l’auteur qui a écrit Les Aventures de Mlle Mariette. »[2]

 

L’album Mr Tringle est entré dans les collections imprimées de la bibliothèque de la Cité au gré d’un don d’importance de la part de Mr Patrice Caillot, collectionneur éclairé.

 

[1] Henri-Justin-Édouard Dentu (21 octobre 1830 - 13 avril 1884) éditeur et libraire français.

[2]Extrait de la page : http://colloque-champfleury.pagesperso-orange.fr/Reception.htm

Type d'œuvre
Album
Droits
domaine public
Source
la bibliothèque de la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Cote
FA-m-04244
Exemplaires
Commentaires

Trouver l'auteur sur :

Suggestions