Les collections numérisées
inscription    connexion
Erreur! Utilisateur : Mot de passe :
Langue
Français
Résumé
Ayant participé en 1972, avec Nikita Mandryka et Marcel Gotlib, au lancement de « L’Echo des Savanes », Claire Bretécher quitte le trimestriel au bout de dix numéros, pour répondre à une sollicitation des responsables du « Nouvel Observateur », qui lui proposent de dessiner une page hebdomadaire. Elle renoue ainsi avec « Les Salades de saison » qu’elle avait auparavant publiée dans « Pilote », pour échapper à la corvée des pages d’actualité instituées après mai 1968. Après quelques tâtonnements, la page du « Nouvel Observateur » prend le titre générique des « Frustrés » et décrit les inconséquences et les errements de la haute bourgeoisie parisienne de gauche de l’époque, qu’on n’appelait pas encore les « bobos ». Le style graphique de Bretécher, d’abord très marqué par Johnny Hart (dessinateur de « BC » et « Wizard of Id ») et Jules Feiffer (dont la page hebdomadaire dans le « Village Voice » est le modèle évident des « Frustrés »), s’oriente de plus en plus vers une forme de « réalisme » qui accentue la charge comique. Les personnages anonymes de Bretécher ont toujours des gros nez caricaturaux et des valises sous les yeux, mais leurs accoutrements et leurs attitudes, criants de vérité, sont le fruit d’une observation attentive, et d’un travail graphique de restitution basé sur d’innombrables croquis et esquisses préparatoires. Claire Bretécher publie Les Frustrés dans Le Nouvel Observateur le temps d’en faire cinq albums et exerce ensuite sa verve sur le corps médical (« Docteur Ventouse bobologue »), les affres de la maternité (« Les Mères », « Le Destin de Monique ») la religion (« Sainte Thérèse d’Avila ») et enfin et surtout sur l’adolescence (la formidable série des Agrippine).
Type d'œuvre
Planche
Droits
droits réservés
Source
musée de la bande dessinée - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Exemplaires
Commentaires

Trouver l'auteur sur :

Suggestions